©2019 by Camille Voiry Gey. Proudly created with Wix.com

Rechercher
  • Camille Voiry Gey

La méthode des 3 D

Mis à jour : 7 août 2019


L'expérience de la maternité n'est pas nécessairement une évidence pour chaque mère. Nombreuses sont celles qui se cherchent, pendant de long mois, qui se sentent débordées, et même parfois médiocres. J'ai souvent eu le sentiment de perdre pieds, de ne pas être à la hauteur, de ne pas être assez bien. Je suis très souvent tombée dans le piège de la comparaison, avec ces images d'une mère souriante, entourée de ses magnifiques enfants, fraîche et épanouie. Et je ne comprenais pas pourquoi moi, avec tous les efforts fournis, je n'étais pas aussi bien, aussi rayonnante, aussi sereine. La vérité, mesdames, c'est que ces images restent des images, un instant capturé, idéalisé, fantasmé. Toutes les mères du monde ont des moments de doutes et de faiblesse. Aucune n'a vue son enfant livré avec une notice, et chacune a créé sa propre recette. Aujourd’hui, j'ai une certitude. Une mère épanouie, c'est une mère qui a su s'écouter, et vivre sa maternité à sa façon, sans chercher à coller à des standards, ou aux injonctions de la société dans laquelle elle évolue.


Ici, je vais donc te livrer ma recette, mon mantra de maman, que j'ai appelé les "3 D". Il m'a fallu du temps pour conscientiser et définir cette méthode, et pour l'accepter complètement. Ce n'est pas une formule magique, qui va tout changer en un claquement de doigts, mais elle a complètement changé ma vision sur ma vie de maman, et ma relation avec mon fils. Alors qui sait, elle sera peut-être aussi la clef pour toi!



- D, comme Déléguer!


Accepte que ton enfant fasse partie intégrante d’une famille, d’un ensemble de personnes qui sont dans l’attente de le découvrir et de créer un lien avec lui. Grand-parents, oncles et tantes, marraine ou parrain, tous ont un rôle à jouer, et dans la plupart des cas, ils sont impatients de pouvoir le jouer. En outre, cet enfant a un père, qui n’a pas pu passer neuf mois à son contact, et qui doit avoir l’opportunité de construire sa propre relation avec ce bébé, qui est aussi le sien. Il saura tout aussi bien s'occuper de lui, différemment certes, mais tout aussi bien. Chaque personne qui va être présente dans la vie de ton enfant, va lui apporter quelque chose de différent, et va lui permettre d'enrichir sa personnalité, sa vision du monde. Ils auront des secrets, des souvenirs communs, en dehors de votre relation, et c'est une bonne chose! Alors, n'hésite pas à leur confier, une heure, un jour, le temps d'un week-end... Respire, et laisse à la femme au creux de ton cœur l'opportunité de vivre aussi un peu pour elle.


- D, comme Dissocier!


Cela peut paraître évident, et pourtant... Rappelle toi toujours que tu n'es pas ton enfant, il n’est pas ton prolongement, il ne t'appartient pas. C’est un être à part entière, à qui tu dois donner sa chance de vivre ses expériences, et de devenir autonome. Nous sommes destinées à les protéger, les accompagner, nous acceptons cette mission en les mettant au monde. Mais nous ne les possédons pas. Mon fils a sa propre personnalité, il a le droit d'exprimer ce qu'il ressent, et de vouloir être entendu en tant que personne. Cela ne remet pas en question le fait que je lui donne un cadre, et des règles à respecter. Il devra d'ailleurs en suivre un grand nombre, même à l'âge adulte. Mais il vit en dehors de moi, il est lui. Accepter ce constat m'a été d'une grande aide dans la construction de notre relation. Mon regard, mon comportement, l'éducation que je lui donne, sont autant d'éléments portant la marque de cette dissociation claire.


- D, comme Déculpabiliser!


Il est essentiel, pour ne pas dire vital, de cesser d'avoir honte. Honte de ressentir ce besoin d’être en dehors de son enfant, de souffrir de cette situation qui devrait vous remplir, de se cacher du regard des autres femmes qui voudraient être mère aussi et qui n’y parviennent pas, de se mentir à soi-même, et aux autres. Tu as parfaitement le droit de ne pas te sentir complètement et totalement remplie par cet unique rôle. Tu es aussi une femme, et tu es libre de vivre pleinement cette partie de toi. Sors avec des amies, inscris toi à un cours de sport, savoure ces instants qui ne sont qu'à toi, et ne culpabilise pas pour cela. Ose dire que c'est difficile, que tu es fatiguée, que tu as parfois du mal à gérer l'intensité du rôle de maman, même à celle qui ne parvient pas à l'être encore, parce que nier ta position ne t'aidera pas, et ne l'aidera pas plus. Certaines ont trouvé un sens à leur existence en devenant mère, et je respecte cela. Elles s'épanouissent au contact de leurs enfants, et trouve ainsi leur équilibre. Mais si ce n'est pas ton cas, et si tu aspires à vivre ta maternité autrement, c'est juste. Cela ne fait pas de toi une mauvaise mère, ni de ton enfant un être malheureux. Bien au contraire, votre relation est unique, c'est à vous d'en dessiner et décider les fondations. Et en assumant ce que tu ressens au fond de toi, en t'autorisant à être la mère que tu as choisi, tu te respectes et tu le respectes.


J'espère sincèrement que tu trouveras ici de quoi avancer sur le chemin du bonheur, belle amazone! Sois attentive à tes ressentis, à ce que te murmure ton cœur. Ose, sans crainte, crée ta propre définition de la maternité, sois libre!


33 vues